chronique haïku 16

Une bouffée d’air frais. Tel est ce qu’on peut ressentir en découvrant ce manuel bilingue, Un haïku pour la route/ Do you haïku ? composé à quatre mains, par une mère — mÆL — et sa fille au nom de plume de Blue. Normal, ce projet est né au début du confinement, mÆL ayant proposé à…

Jean-Louis Murat et Bashō, frères d’âme

Ardent lecteur de Baudelaire, l’auteur-compositeur qualifié ça et là de “rimbaldien” a distillé tout au long de sa carrière une écriture littéraire de la chanson. Mais pour ses deux premiers albums, désormais “cultes” et porteurs de son ADN poétique, c’est Bashō (1644-1695) que l’auvergnat avait choisi pour compagnon. Cette influence de la poésie haïku colore…

chronique haïku 15

J’ai eu la chance de découvrir le dernier recueil poétique de Jean-Hugues Chevy en terre méditerranéenne, dans ce climat même qui l’a inspiré pour «  A l’ombre d’Ulysse », une promenade entre Italie, Crête, Espagne.. partout là où la blancheur des murs et le souffle des vents chauds révèlent des couleurs inoubliables. C’était un peu le plaisir…

A la recherche d’un haïku féminin

Le haïku peut-il être “genré” ? A priori, non, tant ses codes cherchent l’universel et l’effacement de son auteur. Pourtant, l’exploration d’un haïku féminin s’impose, à l’heure où les femmes de tous horizons sont certainement plus nombreuses que les hommes à pratiquer .Dans le numéro 79 de la revue GONG, j’ai eu la joie de coordonner un…

chronique haïku 14

fragments de présence Est-ce parce qu’il est un méditant assidu (Richard Breitner est instructeur en méditation de pleine conscience) ? Beaucoup de haïkus de son premier recueil – qui contient aussi quelques rares tankas – sont des “fragments de pure présence”, comme il les présente lui-même. De purs instants de conscience, pourrait-on ajouter. Et qui nous…

chronique haïku 13

Elle rôde, s’insinue, s’immisce à pas lents ou, soudain, s’impose avec violence dans nos existences pulvérisées. Elle ? la Mort, cette Camarde si bien moquée par le troubadour Brassens et que nous prenons parti, le plus souvent, d’ignorer. La nôtre, in-envisageable, pour un rendez-vous dont nous ne savons ni le jour ni l’heure. Ou celle des…

chronique haïku 12

De l’intime des pièces à vivre (près de la pendule, ou à l’heure du goûter près d’un enfant…) jusqu’au Cosmos ; D’ici ( sa terre bretonne, son île de naissance, Ré) jusqu’aux plus lointains “ailleurs ” (la Scandinavie ou Shikoku), du plus petit à l’immense…Danièle Duteil, en irréductible haïjine, regarde poétiquement Tout de ce monde. Dans ce…

Christian Bobin: “Prier, c’est regarder vraiment ”

Ainsi donc, en novembre dernier, il s’en est allé. A-t-il rejoint le dieu du neuf, des rires d’enfants et des hortensias bleus dont il parlait si bien? Relisant cet entretien réalisé il y a plus de 10 ans, je retrouve la fraîcheur singulière du poète, ses éclats de rire et sa vision si humble et…

chronique haïku 11

Réjouissant et puissant, l’art du haïsha (rencontres du haïku et de la photographie) est aussi complexe. Quasi incontrôlable. Comprenez : le haïku ne doit pas décrire simplement la photo ;  l’image ne doit pas neutraliser la puissance du poème. L’un et l’autre doivent pouvoir exister l’un sans l’autre, mais aussi créer ensemble un troisième élément, une beauté…

chronique haïku 10

L’enfant, l’épouvantail, le vent…que faut-il d’autre pour faire un monde ? C’est un peu ce que nous demandent les haïjins de talent, qui savent que quelques mots justes, c’est-à-dire employés où il faut et quand il faut, dessinent en grand la vie. Dans le recueil d’ Abelhak Moutachaoui – son premier- l’écriture rayonne d’épure : rien ne…