les haïkus cadeaux

lys blancstêtes tombantes

Bien sûr, on compose des haïkus pour soi. Mais quel plaisir de les offrir à d’autres, comme un cadeau, une offrande, une célébration, une trace de gratitude, un geste d’amitié…Cette semaine de mon anniversaire, j’ai eu la joie d’en recevoir plusieurs, certains composés par des haïjins émérites, d’autres par des novices animés par la seule envie de me faire plaisir, d’entrer dans mon univers poétique. Tous m’ont amené une grande joie.

florilège

soir d’anniversaire-

le jour s’attarde un peu

dans son regard

Pauline Collange


seize de mars-

la naissance

d’un nouveau monde

Bernard Dato


couronne de pétales

des haîkus autour de nos cœurs

– baleines papillons

Jean Antonini

dédier un mini-poème à un proche est une manière de dire beaucoup sans en rajouter, comme une caresse. C’est aussi une façon de s’adresser à la part la plus intime de l’autre, comme si l’on avait envie de dialoguer avec son âme, dans une quête poétique et inespérée.

Offrir l’essentiel

         La poésie honore et élève. Si je compose un haïku pour un.e ami.e, cela revient pour moi à lui offrir l’essentiel du moment. Rien de matériel ni de coûteux, mais le fruit de mon attention à ce qu’il -ou elle- est. Quel pied de nez à la consommation tous azimuts qui nous pousse à chercher un cadeau matériel pour ceux qui ont déjà tout ? Et si nous avions du bonheur à offrir de l’immatériel justement?

Comme je l’ai écrit dans ” l’effet haïku ”, au chapitre que je consacre à la gratitude libérée par l’écriture de haïkus : “mêler ses haïkus à une relation amicale, ou amoureuse, est une manière de donner, sans en avoir l’air, une facette très intime de soi, peut-être la part la plus sensible et authentique de celui ou celle que l’on est, et de dire à la personne : merci d’être là, d’être mon amie, mon compagnon, mon enfant… ”

heureux anniversaire

le soleil montre son nez

et l’amitié réchauffe

Vicky Sommet


La naissance arrive

la mort arrive

entre temps la vie se déploie

Gilles Farcet

Et souvent, une seule image suffit :

seize mars-

dans la véranda les citrons

concurrencent le ciel

Anne-Isabelle Quelderie

Pensez-y, à l’heure où vous prend l’envie ou l’occasion de célébrer ceux qui vous importent. Offrez-leur ce qui dit beaucoup en si peu de mots.

Vous avez aimé? Alors partagez et propagez de la poésie!

Par Pascale Senk

Journaliste, auteure, éditrice spécialisée en psychologie, Pascale Senk se consacre à transmettre l’art et l’esprit poétique du haïku, qu’elle envisage comme une voie méditative.

2 commentaires

  1. Mille mercis
    Je vous suis
    J’anime des ateliers de rature ds la Drôme
    Vous êtes souvent avec nous
    Je vous souhaite une belle journée
    Maryse bonhoure

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.